Couture Pour Elle

Bijou

Qui dit nouvelle année, dit nouveaux challenges ! Car oui, définitivement, j’y prends gout ! Et après plusieurs mois à hésiter, retarder cette envie de plus en plus pressante, c’est par hasard, après avoir reçu un mail de Viviane que finalement, le destin s’est chargé de faire bouger les choses.

En effet, Viviane, la créatrice des patrons Étoffe Malicieuse, m’a contacté suite au test que j’avais réalisé pour Nathalie (pour le Basic 4) afin de me demander si j’étais partante pour tester son prochain modèle de soutien-gorge. D’autant plus qu’elle semblait chercher plus spécifiquement des personnes n’ayant jamais cousu de lingerie. D’une pierre deux coups en somme, j’allais enfin pouvoir me jeter à l’eau, et Viviane avoir un avis de novice en la matière.

C’est ainsi que je me suis lancée dans la confection de Bijou, le dernier né d’Étoffe Malicieuse et qui sort aujourd’hui.

 

Le modèle

Bijou est un modèle de soutien-gorge sans armatures, avec un bonnet composé de deux pièces permettant de mixer les couleurs/tissus/matières, et offrant deux possibilités de « dos » différents, l’un épuré avec de simples bretelles droites, l’autre au contraire arborant une jolie dentelle.

Le patron est proposé sous format pdf, de la taille 70AA à 120D et se décline en 3 documents : les explications du patron, ainsi que deux planches de gabarits pour chaque version. De même, en plus de ces fichiers et sur son site, Etoffe Malicieuse met à disposition différents documents très utiles avant de se lancer :

  • une fiche méthode pour adapter Bijou dans le cas de profondeurs de bonnets différentes ;
  • une fiche méthode expliquant comment couper de la dentelle ;
  • une fiche méthode sur les différents types d’élastiques ;
  • une fiche méthode afin de réaliser de petits noeuds très facilement.

Tous ces documents sont parfaitement détaillés et illustrés, ce sont de vraies mines d’informations qui vous servirons d’autant plus si, comme moi, vous découvrez cet univers nouveau qu’est la lingerie.

De même, il faut savoir que les marges de coutures ne sont pas incluses et que contrairement aux patrons pour vêtements du prêt-à-porter, l’explication est cette fois-ci quelque peut différente puisqu’en effet, sur une même pièce vous pouvez avoir jusqu’à 3 marges de coutures différentes selon la finition que vous aurez choisi et les choix de tissus, aussi à vous de les adapter selon la largeur des élastique que vous aurez choisi par exemple. Heureusement, tout est parfaitement indiqué et on s’y retrouve sans aucun problème grâce aux schémas de chaque gabarit.

Enfin, les fichiers des patrons utilisent des systèmes de claques, ce qui vous permet de sélectionner directement la taille qui vous intéresse. J’ai trouvé ce système fort ingénieux, de même qu’utile et qui permet de gagner en lisibilité et de ne pas avoir a vous perdre dans des dizaines de pages pdf.

J’ai opté pour la version 2, à savoir avec dos décoré.

 

Les Fournitures

C’est ici que coudre de la lingerie se révèle très périlleux ! J’avais déjà lu à plusieurs reprises que c’était compliqué de trouver des fournitures pour coudre de la lingerie, et effectivement, il est compliqué de trouver des vendeurs ou certains articles si spécifiques. Néanmoins, sachez que Viviane propose sur son site, des kits comprenant la plupart de ces fameuses fournitures si prisées.

Pour coudre Bijou, il vous faudra donc quelques fournitures spécifiques comme :

  • du fil mousse, utilisé dans la canette, pour les coutures à même la peau, idéal car à la fois extensible, doux et agréable au toucher. Vous en trouverez facilement chez Rascol ;
  • de la fine mousse textile pour les bonnets (option facultative). J’ai préféré opter pour la version avec car je trouve que ça apporte un confort (n’aimant pas avoir la dentelle à même la peau) et un maintien supplémentaire, d’autant plus sans armatures. La mienne provient de chez Viviane, de même que ma dentelle ;
  • de la gaine (protège armatures), des anneaux, glisseurs et agrafes trouvés chez Alysse Créations ;
  • du powernet (ou « résille lycra »), qui m’était parfaitement inconnu. Il s’agit d’un tissu extensible qui apporte du maintien, trouvé chez etissus ;
  • de la marquisette (là aussi je n’en avais jamais entendu parlé). Il s’agit d’un voile de nylon qui permet de doubler la basque (ou l’entre-sein) et lui apporte du maintien mais qui contrairement au powernet n’est pas extensible, trouvée chez Je fais mes dessous ;
  • différents types d’élastiques (pour les bretelles, les dessous de bras, la bordure inférieure de votre soutien-gorge), de même que de la laminette. J’ai tout pris chez Mercerie Extra ;
  • enfin, le tissu du bas du bonnet provient d’une chute de tencel bordeaux de chez Little Fabrics.

Détail powernet sur l’envers de la dentelle dos

Détail marquisette à droite, en doublure de la basque, le long de la gaine d’armature, à gauche le powernet

Au départ, j’avais l’intention de coudre Bijou avec un tissu blanc et des dentelles et élastiques noirs, mais comme souvent, une fois tout posé devant moi, je n’ai pas été séduite et ai préféré ce joli bordeaux. Comme aimait à me le répéter ma grand-mère petite « si ça ne te fait pas tilt… » Et je ne regrette pas ! J’aime cette combinaison bordeaux et noir, à la fois sobre, élégant et pas forcement austère, comme un ensemble entièrement noir peut avoir je trouve.

La taille

Quelle taille choisir ? Autant, je pense que nous avons toutes l’habitude de prendre régulièrement nos mensurations avant de couper nos patrons, autant je n’avais encore jamais eu l’occasion d’effectuer ce type de mesures (enfin si, pour l’Irrésistible de La jolie Girafe où l’on doit vérifier que sa hauteur de sein est bien dans la norme de sa taille / rapport épaule-pointe du sein), de mesure si détaillée du moins.

Il semble qu’il existe différentes manière de mesurer sa taille, et pour Bijou, Viviane a préféré opter pour une technique différente que pour son soutien-gorge précédent Talisman. Pour la taille en chiffre, il vous faudra mesurer votre tour de dessous de poitrine, et pour le bonnet, votre profondeur de sein, de la base de celui-ci au milieu du téton.

Ce que je trouve souvent intéressant en couture, ce sont ces techniques, astuces ou procédés si différents propres à chaque créatrice. On apprend beaucoup en se diversifiant dans les marques de patrons et découvre plein de nouvelles choses, qui souvent peuvent être utilisées du coup pour d’autres projets.

Pour Bijou, compte tenu de mes mensurations et des tableaux de taille correspondant, j’ai coupé une taille différente de ma taille usuelle (…), de celle que j’ai l’habitude d’acheter dans le commerce, d’où la nécessité de prendre ses mesures au préalable. De même, n’hésitez pas à faire une toile afin de vérifier que la taille du bonnet correspond bien.

 

Techniques particulières

L’une des principales difficultés du modèle réside dans la coupe de la dentelle. En effet, la dentelle étant fine et fluide, la couper peut vite se révéler un exercice  périlleux, de même que de savoir dans quel sens la couper ou comment obtenir des motifs symétriques (pour ces derniers points, je vous renvoie au la fiche méthode citée plus haut). Aussi, concernant la coupe en elle-même, que ce soit de la dentelle, de la marquisette ou du powernet, j’ai utilisé un cutter rotatif et des poids afin de maintenir ma dentelle et éviter que celle-ci ne « se décolle » de la table avec le passage de la lame des ciseaux. La coupe est plus simple, plus rapide mais surtout plus précise je pense avec un cutter.

Egalement, la lingerie demande une certaine minutie et certaines pièces sont très compliquées à coudre, notamment les bordures de la dentelle qui ne glissent pas correctement et peuvent s’accrocher à vos griffes entrainement ou bien ne pas avancer au bon rythme ou encore se coincer sous votre plaque en métal. Aussi, j’ai utilisé un stabilisateur hydrosoluble pour broderie afin de pouvoir coudre plus facilement ces pièces, je le conseille si jamais vous rencontrez ce type de problème.

De même, je n’ai pas réussi à réaliser de jolies surpiques afin de maintenir mon bonnet en tissu/dentelle à mon bonnet mousse, j’ai donc opté pour une couture invisible à la main afin de maintenir les deux ensemble de peur d’abîmer les étoffes à les découdre une nouvelle fois.

Bijou peut se coudre sans problème avec une machine a coudre proposant des points « standards », puisque vous utiliserez principalement un point droit pour les coutures d’assemblage ou les surpiqûres, et un point élastique qui pourra être remplacé par un point zig zag si jamais votre machine ne vous le propose pas. C’est une des choses agréable aussi dans les explications de Bijou je trouve, notamment quand on débute, à chaque étape, pour chaque couture, Viviane spécifie le type de point à utiliser ainsi que sa largeur et sa longueur.

Enfin, il faut veiller à rester vigilant et ne pas faire comme moi… oui, comme précisé plus haut, sur une même pièce, vos marges de couture peuvent varier et il semble que j’ai oublié d’en modifier certaines, aussi, bien que ma toile était correcte et que mes élastiques de sous bras sont bien tirés, mon soutien-gorge est un peu plus « lâche » à cet endroit.

 

En bref…

… je suis très contente d’avoir sauté le pas et d’avoir enfin tenté la lingerie, ce fut une expérience très agréable. D’autant que le patron de Bijou est parfaitement écrit, détaillé et illustré et convient donc parfaitement à des débutantes. Alors malgré les appréhensions que j’ai eu au départ, j’ai découvert grâce à Viviane, que coudre un soutien gorge n’est pas aussi compliqué que l’on peut l’imaginer.

La lingerie est très différente à coudre, les pièces beaucoup plus petites, fragiles et demandent donc plus de patience et de minutie, ce qui est un exercice fort plaisant et permet une couture très différente (dans sa manière de l’appréhender). Cette expérience m’aura également permis d’acquérir de nouvelles connaissances, tant en terme de tissus techniques, de mesures que de techniques d’assemblages.

Je ne suis pas pleinement satisfaite de ma version de Bijou qui comporte quelques imperfections mais j’ai pris beaucoup de plaisir à le coudre et envisage déjà d’en coudre un nouveau, à armatures cette fois, qui est ce que je porte au quotidien. De même que j’envisage très sérieusement de craquer sur Talisman maintenant !

Enfin, je tiens à remercier Viviane pour sa confiance et de m’avoir permis de me lancer ; merci à toi, pour ton écoute et de m’avoir supporté en tant que testeuse 😉

5 thoughts on “Bijou”

  1. Il est superbe ! Bravo! Personnellement je n ai toujours pas osé passé le cap. J ai une question cependant : l as-tu porté et si oui quels sont tes impressions en terme de confort, de taIlle etc? Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *